Actualités: le vrai scandale se déroule dans votre cerveau ! Partie 1/3: Les secrets des JTs pour vous faire peur

Actualités: le vrai scandale se déroule dans votre cerveau ! Partie 1/3: Les secrets des JTs pour vous faire peur

 Les informations que vous regardez influencent bien plus votre bonheur que ne le croyez. Pourquoi ? Parce que votre bonheur dépend en partie de votre façon de voir le monde et de voir autrui. Vous vous sentirez plus à l’aise dans un endroit où vous êtes en sécurité et où les gens sont bienveillants. Cependant, ce sont des critères très subjectifs ! Malheureusement, les médias ont souvent tendance à vouloir transformer votre balade du soir dans le quartier résidentiel de mamie en un véritable épisode de walking dead. 

Je vais expliquer comment ils font ça et comment l’éviter (la déformation de votre réalité pas les attaques de zombies) ;). 

jts peur fille

Partie 1: Les secrets des JTs pour vous faire peur !

1. Le grand méchant monde

 Terrorisme, insécurité, chômage, crise économique, planète en voie d’extinction, le monde va mal, très mal ! Et vous ne le savez que trop bien. 
Mais en êtes-vous si sur ? 

 La consommation d’informations télévisuelles amène les spectateurs à croire que le monde est bien plus effrayant qu’il ne l’est en réalité. C’est le “syndrome du grand méchant monde” décrit et démontré par Goerge Gerbner.
Les médias, particulièrement ceux de la télévision, renvoient une image du monde déformée. En effet, ils misent sur une information partielle tournant essentiellement autour des dangers potentiels qui menacent le monde et le spectateur.  

 Attention ici on ne parle pas de la violence dans les fictions, mais bien de la violence qui est qualifiée de réelle. Celle que vous voyez dans les journaux télévisés.

2. Ce que les JTs choisissent de vous montrer

 Ce qu’on appelle communément “les informations”, faisant souvent référence aux principaux sujets traités dans les médias, n’est en réalité qu’une information partielle et bien souvent orientée vers les problèmes et catastrophes.

 Je ne vais pas y aller par quatre chemins. On va attaquer direct avec le top 10 des informations traitées en 2016 en nombre de sujets sur TF1, F2, F3, C+, Arte et M6, selon les rapports de l’INA.

Top 10 sujets 2016
Top 10 des sujets traités par les JTs en 2016 (en nombre de sujets). Terrorisme France (1589), Terrorisme monde(1463), Crise migratoire (1094), Loi Travail (1073), Présidentielle française (993), Euro football (946), Election américaine (730), Combats Syrie Irak (629), JO (516), Brexit (468)

 Le nombre de sujets traités est assez révélateur de ce qu’on veut bien vous montrer. Vous pouvez remarquer que les seules bonnes nouvelles mises en avant sont les victoires sportives.

 Mais qu’en est-il des autres informations pourtant essentielles à l’instruction d’un peuple ?  Les découvertes scientifiques ? Les grandes avancées dans le monde médical et celui de la recherche en général ? Toutes les initiatives sociales et écologiques mises en place par des centaines d’associations (et donc des milliers de gens) ? Et l’actualité artistique et littéraire ? Les nouvelles théories sur la psychologie et la philosophie qui nous permettent de mieux comprendre notre société ? Ces actualités sont sous-représentées et font rarement la une.

 Vous saviez qu’en 2014 on a réussi la téléportation ?! Pourtant c’est ouf, pas vrai ? Pourquoi ça fat pas la une des journaux ça ? (Bon c’était la téléportation de photons sur 25km, mais c’est de la téléportation quand même).

 Petit aparté : J’ai choisi de ne pas m’étendre sur un autre de type d’information qu’on trouve régulièrement en fin de JT. Ce sont les informations qui vont vous montrer le potager de l’église de Saint-pommé-en-Valloire, ou la fabrication traditionnelle de boutons de manchette à Pompon-les-prés. Je vous laisse juger de l’utilité de ce genre d’info dans la construction d’une société plus juste et éclairée.

3. Tutoriel : Réalisez votre propre information anxiogène en 3 étapes !

jts peur billet

Premier bilan, le choix des sujets n’est pas super objectif. Mais ce n’est pas suffisant pour enflammer les foules. Ne vous inquiétez pas ! Les grands patrons des médias ont tout prévu pour vous faire trembler d’effroi et vous faire mouiller vos pantalons !

Apprenez comment affoler une foule par la façon dont a été relatée la crise boursière de 2008.

a. Faites une comparaison catastrophe

 En 2008, les journaux ont immédiatement évoqué les situations de panique qui ont accompagné le krach de 1929. Les hordes de particuliers assaillant les banques pour y retirer tout leur argent, ainsi que la montée en masse des chômeurs. Une comparaison qui n’a servi qu’à alimenter la paranoïa générale car l’ampleur de la crise de 2008 n’avait pas encore été estimée.

b. Utilisez des mots qui n’ont rien à voir

 Le langage utilisé a contribué à semer la frayeur en utilisant des mots qui n’avaient rien à voir avec le langage de l’économie. Le champ lexical de la santé a été utilisé, avec des termes comme la « contamination » des marchés, les « virus » introduits dans les pratiques d’échange. Le champ du jeu avec l’image de la « chute des dominos » pour rendre compte de l’extension des mouvements de la bourse. Le champ de la psychologie, avec la référence à des « mouvements de panique » dans les milieux financiers.

c. Récoltez les fruits de vos efforts

 Les reportages sur la crise de 2008 ont transformé des données économiques objectives en alarmes à incendie. En effet, dès le début de la crise, soit bien avant que son étendue ne soit connue, le sentiment de peur et d’insécurité s’était déjà répandu comme une traînée de poudre.

 Selon une enquête de l’American Psychological Association: Huit Américains sur dix ont dit éprouver une augmentation de stress (avec idée noires, angoisse nocturnes, etc,…) liée aux inquiétudes économiques. Toujours selon cette enquête, la demande d’aide psychologique, les syndromes de stress post-traumatique et le taux de suicides ont largement augmenté à cette période. 

 En France, un sondage Ipsos de fin octobre 2008 révélait que 77 % de la population se disait inquiète et plus de 50 % des interviewés anticipaient une crise économique durable et profonde au niveau du chômage, du pouvoir d’achat, du déficit de la dette publique, de la limitation du crédit. Pour autant, ils avaient du mal à mesurer l’impact futur de la crise sur leur situation.

4. La pluie tue !

 Voici le moment où l’on va se détendre et rire un bon coup. Vous allez voir, il y a de quoi se taper des barres.

 Quand il n’y a pas de catastrophes à montrer, les JTs adorent présenter des informations plus neutres, comme la météo, en termes anxiogènes. Je me suis fait un gros kiff et je suis allée voir les titres des JTs de juin 2019 sur le site TF1. Une mine d’or ! Petit aperçu des perles que j’ai trouvé :

-20/06/19 : le titre : “Pourquoi des orages si violents”. On nous propose de nous présenter ce phénomène qui s’apparente à des “tornades”. Rien que ça !

-20/06/19 : Le titre : “Toujours plus vulnérable”. Devinez de quelle sombre menace on vous va vous parler… Roulement de tambour…. Les dangers des passages piétons ! On ne parle pas assez de ces vicieuses petites bandes blanches.

-14/06/19 Le titre : “Le détroit de tous les dangers”. Bon on y parle de sabotage de pétroliers, c’est un sujet sérieux mais le titre vaut son pesant de cacahuètes.

-14/06/19 Le titre : “Nid d’espion”. Oh oh ! Un titre à la James Bond. En fait, ça parle de micro dans votre robot cuisine. Et on vous pose la question : “Est-ce que votre voisin peut vous espionner 😮 ?!”. Si ça ce n’est pas jouer sur la peur des gens pour leur faire regarder la suite du reportage…

Et mon préféré pour la fin :

-14/06/19 : Le titre : “Les dents de la mer”. On y parle d’un petit poisson nuisible. LES DENTS DE LA MER ! Sérieusement les gars ?! C’est un putain de titre de film d’horreur, bordel !

jts peur requin

5. L'objectivité c'est comme les licornes...

 Attention, les informations présentées dans ces journaux ne sont pas fausses. Elles sont présentées de manière subjective. En effet, la ligne éditoriale d’un média dépend du propriétaire et de l’équipe de direction. Celle-ci influence le choix des images, de la musique, leur importance, et la manière de les commenter, . Vous pouvez facilement remarquer que la restitution des mêmes faits peut varier sensiblement d’un support d’information à l’autre, comparez F3 et BFMTV par exemple.

 De plus, gardez à l’esprit qu’on ne peut pas percevoir et encore moins décrire tous les paramètres d’une situation (protagonistes, objets, lieux, temps, actions…). La communication dépend la perception, elle n’est donc jamais objective.

6. Pourquoi les JTs aiment vous faire peur ?

a. Warning, warning, warning! Alerte théorie du complot!

 Avant toute chose, je vous félicite ! Vous êtes avez suivi jusque-là et je vous aime pour ça <3. 

 Et maintenant une alerte s’impose: Je ne suis pas en train de vous dire que les patrons des médias génèrent intentionnellement de la peur par pure sadisme, ou pour préparer l’avènement du Flying Spaghetti Monster (même si je suis une Pastafariste convaincue).

 Certes, les raisons de fournir de l’information anxiogène ne sont pas innocentes. Mais ce n’est pas une raison pour commencer à devenir parano les enfants. Je vais vous donner quelques pistes de réflexion sur ces fameuses raisons.

b. Le besoin de capter l’attention

 Premièrement, les chaînes veulent retenir votre attention. Les chaînes privées sont rémunérées par la publicité. Pour faire du profit, il faut faire beaucoup d’audimat pour augmenter la vente d’espaces publicitaires. Et pour faire de l’audimat il faut capter l’attention.

 C’est pour cela que ce que présentent les médias n’a pas pour seul but informer mais aussi de capter le regard. Ors, nous sommes programmés pour la survie, donc notre attention sera immédiatement attirée par les dangers potentiels, le spectaculaire, l’émotionnel, les images rapides, et le sexuel. Il faut provoquer des émotions fortes chez le public pour le retenir. Souvent ces émotions sont la peur, la colère, la tristesse.

 Restez donc vigilants quand une information déclenche une émotion vive et négative chez vous telle que la colère ou le mépris. Demandez-vous si ce n’est pas une « actualité émotion » qui est plus destinée à vous fasciner qu’à réellement vous informer.

c. Les marques payent cher pour votre anxiété

 Deuxièmement, la peur entraîne un besoin de sécurité mais aussi un besoin de consommer. C’est un réflexe de survie. La neuroscientifique Mary Fenner Dallman a montré que quand nous sommes stressés des glucocorticoïdes sont libérées dans notre corps et notre cerveau nous donnant envie d’ingérer rapidement un nombre important de calories (et ainsi l’effet d’une pub Napolitain sur vos cerveaux est presque fatale).

 De plus, il a été montré que l’augmentation du besoin de sécurité va avoir tendance à nous faire consommer des produits dont la sécurité nous est vantée. Le terrorisme mondial grimpe en flèche ? Pas de soucis, la nouvelle Renault à quatres airbags supplémentaires !

 Pour finir, Joandrea Hoegg et Lea Dunn, chercheuses et professeures en marketing et sciences comportementales, ont montré qu’en liant des émotions négatives avec une marque, il se crée un fort attachement émotionnel à la marque. Pour simplifier, la marque devient une oasis de paix dans un désert de négativité.

7. Conclusion

 Et voilà, vous savez maintenant comment et pourquoi les JTs diffusent des informations toujours plus anxiogènes. Il y aurait encore tellement à dire sur le sujet ! C’est pour cela que j’ai préparé une petite annexe avec quelques données supplémentaires pour les plus curieux d’entre vous.

 “Même pas peur !” me direz-vous. Certes, ce n’est pas suffisant pour comprendre comment cela affecte votre réalité, ni comment s’en protéger. Rassurez-vous, j’ai prévu une deuxième partie: “Les JTs modifient votre cerveau !”, et enfin une troisième partie: “Ce que vous choisissez de regarder va changer votre réalité !”.

On se retrouve bientôt pour la suite :3

Annexe

a. Les JTs privilégient les sujets à scandale

Les JTs vont souvent mettre l’accent sur les informations qui font scandale. Je vais vous donner encore trois exemples pour vous convaincre.

 Tout d’abord, quand on nous parle de travail dans les JTs par exemple, les sujets mis en avant porteront principalement sur le chômage et de destruction d’emplois (46% des sujets traité à la télé en 2016). Mais qu’en est-il de la santé au travail, des initiatives pour accroître le bien-être dans l’univers professionnel, et de l’actualité syndicale (moins de 12% de sujets traités) ?
Sachant que cette même année la loi travail de El Khomri a monopolisé 26% des sujets.

 Ensuite, en 2015, le conflit israélo-palestinien a gagné haut la main la palme d’or du conflit le plus médiatisé. Il cumule 6047 sujets soit 302 sujets en moyenne par année, près d’un sujet par jour pendant 20 ans. C’est presque 10 fois plus que le nombre total d’épisodes des Simpsons 😮 !

Enfin, les faits divers dans les JTs, les sujets traitant d‘agressions, de viols, de délinquance, de catastrophes, ont quadruplé à la télévision française depuis 2013. Alors que, au passage, selon les rapports fournis par l’observatoire de la délinquance et des réponses pénales en 2017, les atteintes à la personne ont diminué où sont stables.

Ps: Ces chiffres la concernent la France.

b. Quand les auteurs dénoncent la construction de la peur par les médias

De nombreux auteurs ont mis en évidence cette construction de la peur par les médias. Les plus célèbres sont Noam Chomsky avec « Fabriquer un consentement : La gestion politique des médias de masse« ; Glassner avec « La culture de la peur », en anglais « The Culture of Fear« ;  Al Gore avec « La Raison assiégée« , Pascal Bruckner avec « Le catastrophisme contemporain« . On a également des cinéastes, notamment Michael Moore.

Ils dégagent un certain nombre de techniques pour alimenter les inquiétudes du peuple : 

  • La sélection et l’omission d’informations.
  • La fabrication de données et la distorsion des statistiques.
  • La transformation d’actes particuliers en tendances généralisées.
  • La déformation du sens des mots.
  • L’inversion des relations entre cause et effets. 
  • La simplification de situations complexes.
  • La stigmatisation des minorités. 

Sources

Dowler, Kenneth. (2003). Media consumption and public attitudes toward crime and justice: The relationship between fear of crime, punitive attitudes, and perceived police effectiveness. Journal of Criminal Justice and Popular Culture. 10. 109-126.

Lea Dunn, JoAndrea Hoegg, The Impact of Fear on Emotional Brand Attachment, Journal of Consumer Research, Volume 41, Issue 1, 1 June 2014, Pages 152–168, https://doi.org/10.1086/675377

Jodelet Denise, « Dynamiques sociales et formes de la peur », Nouvelle revue de psychosociologie, 2011/2 (n° 12), p. 239-256. DOI : 10.3917/nrp.012.0239. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2011-2-page-239.htm

Gerbner, G., Gross, L., Morgan, M., & Signorielli, N. (1981). A Curious Journey into the Scary World of Paul Hirsch. Communication Research, 8(1), 39–72.https://doi.org/10.1177/009365028100800102

Laura Canetti, Eytan Bachar, Elliot M Berry,Food and emotion,Behavioural Processes,Volume 60, Issue 2,2002,Pages 157-164,ISSN 0376-6357,https://doi.org/10.1016/S0376-6357(02)00082-7.

SUZANNE E. WEINSTEIN, DAVID J. SHIDE, BARBARA J. ROLLS,Changes in Food Intake in Response to Stress in Men and Women: sychological Factors,Appetite,Volume 28, Issue 1,1997,Pages 7-18, ISSN 0195-6663. https://doi.org/10.1006/appe.1996.0056.

Alina Kistenmacher, Jakob Goetsch, Dorothee Ullmann, Ewelina K. Wardzinski, Uwe H. Melchert, Kamila Jauch-Chara, Kerstin M. Oltmanns. (2018) Psychosocial stress promotes food intake and enhances the neuroenergetic level in men. Stress 21:6, pages 538-547.

https://www.hacking-social.com/ 2014/11/11/la-france-a-peur/

http://web.asc.upenn.edu/gerbner/archive.aspx?sectionID=155&packageID=90

http://www.inatheque.fr/publications-evenements/ina-stat/ina-stat-n-30.html

http://www.inatheque.fr/publications-evenements/ina-stat/ina-stat-lettres-trimestrielles.html

http://www.inatheque.fr/medias/inatheque_fr/publications_evenements/ina_stat/Ina_STAT_47_retour_sur_2016_le_top_des_evenements_au_JT.pdf

http://www.inatheque.fr/medias/inatheque_fr/publications_evenements/ina_stat/Ina_STAT_47_retour_sur_2016_le_top_des_evenements_au_JT.pdf

http://www.inatheque.fr/medias/inatheque_fr/publications_evenements/ina_stat/Ina_Stat_n43_Monde_du_travail.pdf

http://www.inatheque.fr/medias/inatheque_fr/publications_evenements/ina_stat/Ina_stat_38_20_ans_de_JT.pdf

https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/psychologie-comportementale/la-peur-nouvelle-arme-des-publicitaires-11851.php

https://www.acrimed.org/

https://inhesj.fr/ondrp/publications/rapport-annuel/chiffres-cles-victimation-2017

https://journals.openedition.org/edc/3268http://regardcitoyen.over-blog.com/2018/05/disposer-d-une-information-objective-est-ce-possible.html

https://www.tf1.fr/tf1/jt-20h

Laisser un commentaire